lundi 9 septembre 2013

8ème Conférence générale : Intervention de Bobigny

Intervention de Waly Yatera, adjoint à la maire de Bobigny, délégué à la promotion de la Culture de Paix, lors de la 8ème Conférence générale de Maires pour la Paix, 4 août 2013, Hiroshima (Japon).

Mesdames, Messieurs,

Je suis particulièrement honoré de représenter madame la Maire de Bobigny qui m’a chargé de vous transmettre ses chaleureuses et solidaires pensées.

L’attachement de la ville préfecture de la Seine-Saint-Denis à la Paix et à sa nécessaire condition : la culture de Paix, a conduit notre municipalité à créer une délégation à ce sujet qui m’a été attribuée.

Il y a un plus d’un siècle, seulement 4 % de la population mondiale était urbanisée. Aujourd'hui, les villes abritent la moitié des habitants de la planète.

Ce sont dans nos villes que vivent les citoyens et citoyennes et c’est à partir de là que se pose la question de la démocratie et des droits humains. La ville de Bobigny, commune de 48 000 habitants de la banlieue parisienne, est située en Seine-Saint-Denis au nord-est de Paris en France. Nous avons à Bobigny depuis toujours une tradition de lutte pour la Paix et de lutte contres les guerres, qu’elles soient au Kosovo, Afghanistan, Irak ou en Palestine. Un des aspects les plus importants de la lutte pour la Paix est l’accueil des populations qui choisissent pour une raison ou une autre de s’établir dans le département de la Seine Saint-Denis . Bobigny est un melting-pot remarquable qui fabrique de la citoyenneté donc du respect, des facteurs essentiels pour construire la Paix.

Le rôle des villes est d’œuvrer à garantir la Paix et le dialogue au quotidien. Garantir à chaque individu le droit d'imaginer sa ville, de l'apprécier et surtout de la transformer nous semble être un des moyens d’une prise de conscience collective de tout ce que la vie a de précieux : le logement, la culture, l’éducation, la santé, sont des engagements au quotidien aidant à mieux vivre ensemble. Ces actions contribuent fortement à renforcer une Culture de Paix, fondamentale pour toutes et tous. C’est dans ce sens que depuis 1998 notre ville a engagé des démarches de participation citoyenne associant la population à l’élaboration du Bobigny d’aujourd’hui et de demain.

Le refus des armes nucléaires sur notre planète est un symbole important pour dire que nous ne voulons plus d’Hiroshima et Nagasaki !


La journée internationale de la Paix nous permet chaque année de mener des initiatives marquantes. Je ne vais pas ici faire le catalogue de ce que la ville de Bobigny met en œuvre dans ce domaine. Je souhaite vous faire partager ce qui anime l’équipe municipale : le droit et le devoir de mémoire, le droit et le devoir d’histoire. Notre ville a été lors de la seconde guerre mondiale un lieu chargé d’horreurs : la Gare de Bobigny est devenue gare de déportation pour un tiers (1/3) des juifs de France déportés en Pologne ou en Lituanie. C’est à cet endroit qu’ils foulèrent pour la dernière fois le sol français. La ville de Bobigny porte haut la nécessité de la connaissance et la reconnaissance de l’industrie au service de la guerre et de l’extermination.

La Culture de Paix doit pouvoir poser en grand une question existentielle et essentielle : le contrôle par les peuples des avancées techniques, technologiques, chimiques, nucléaires et autres.

Cela doit commencer très tôt dans la vie du petit citoyen et parce que l’avenir ne se construira pas sans les enfants, notre ville permet à des écoliers de 9 à 12 ans de voter chaque année pour élire ceux qui parmi eux siègeront au conseil municipal des enfants de Bobigny où une cinquantaine d’enfants de la ville se réunissent.

L’objet de cette démarche n’est pas seulement une initiation à la citoyenneté et à l’exercice démocratique par un apprentissage vivant du fonctionnement municipal. Mettre en forme ses idées, apprendre à les exposer et à écouter celles des autres n’aurait pas de sens si cela ne se traduisait pas par des réalisations concrètes. Il s’agit donc avant tout d’associer effectivement les enfants aux projets et aux décisions qui les concernent que ce soit au sujet de leurs droits, de l’école, de la vie culturelle, du sport, du cadre de vie, de la violence, de respect des uns envers les autres, de la santé ou encore de la solidarité et la Paix.

En dialoguant avec leurs homologues plus âgés, ces jeunes élus peuvent ainsi diffuser les idées et les préoccupations de ceux qu’ils représentent afin que la ville et les adultes les prennent en compte. En portant sur la place publique la parole des enfants, le Conseil fait de ceux-ci des acteurs à part entière de la vie démocratique locale.

Il est urgent que citoyens et citoyennes de tous les pays agissent localement et à construire, tous ensemble, un monde plus juste en promouvant la non-violence et la culture de Paix.

Nous sommes convaincus que la Paix véritable passe par davantage de justice, la course au désarmement et d’avantage de droits pour toutes et tous.

La France, signataire du traité de non prolifération, continue à perfectionner ses missiles. Ce sont des millions voire des milliards d’euros dont il s’agit. Alors qu’au même moment des hommes et femmes vivent dans la misère.

Bobigny porte dans sa chaire les traces de la Shoah, les traces de la guerre d’Algérie, les traces de toutes les colonisations : les habitants de cette ville sont les bons fruits de ces histoires terribles. Ils sont je pense plus armés que d’autres pour comprendre que sans la paix rien ne peut exister.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire