dimanche 2 mai 2010

Discours d'Alain Audoubert, atelier "Le rôle des villes", Conférence alternative des ONG (Riverside Church, New York)

Texte intégral de l'intervention d'Alain Audoubert, Maire de Vitry-sur-Seine et Vice-président de l'AFCDRP, lors de l'atelier "Le rôle des villes", organisé par Mayors for Peace dans le cadre de la conférence alternative des ONG à Riverside Church, New York, le 1er mai 2010.

L’entrée de notre monde dans l’ère de l’armement atomique qui permet à l’homme de détruire en quelques secondes la planète entière, implique que la question de la guerre et de la Paix devienne l’affaire des peuples eux-mêmes et non des seuls gouvernants.

Nous nous efforçons de contribuer dans notre gestion municipale à ce qu’il en soit ainsi.

C’est d’autant plus nécessaire que l’arme nucléaire, arme de destruction massive est par nature destinée à être utilisée vers les concentrations de population, vers les villes, HIROSHIMA et NAGASAKI en témoignent.

Le Maire, parce qu’il a le devoir de protéger la population, doit être actif pour le désarmement nucléaire à la fois par les initiatives qu’il prend avec son conseil municipal et par l’éducation à la Paix qu’il doit impulser vers sa population.

Vitry, commune de 85 000 habitants de la banlieue parisienne, a depuis des décennies une tradition de luttes pour la Paix et le désarmement. Ses habitants dans leur diversité considèrent qu’il est juste que le programme d’action municipale mette en bonne place l’action pour la Paix, le désarmement, l’amitié entre les peuples et la solidarité internationale. Ils expriment même une certaine fierté que notre ville fasse partie du réseau « MAYORS FOR PEACE ».


Bien sûr, parce qu’ils sont majoritairement de condition modeste, en ces temps de crise leurs préoccupations majeures immédiates sont leur emploi, leur salaire, leur retraite, leur logement mais ils participent en très grand nombre à toutes les actions de solidarité, de coopération, de Paix.

Vitry s’est engagée résolument dans l’éducation à la Paix. La journée internationale de la Paix est l’occasion, chaque année, d’initiatives marquantes :
- édition d’un livre de poèmes préfacé par les Maires d’HIROSHIMA et NAGASAKI et le maire de Vitry.
- exposition sur les bombardements atomiques
- soirées de témoignages et de débats auxquels ont participé le Maire d’HIROSHIMA et des Hibakusha
- exposition de daguerréotypes de vêtements d’enfants d’HIROSHIMA réalisés par Michel AGUILERA en coopération avec le musée d’HIROSHIMA et qui a donné lieu à l’édition d’un livre d’art.

Les Fêtes de la Ville auxquelles participent directement plus de 20 000 personnes sont aussi un temps fort de l’amitié entre les peuples avec la présence de nos villes jumelées et de nos nombreuses associations de coopération internationale. Toutes les structures socio culturelles municipales contribuent à l’éducation à la Paix sous des formes adaptées : les centres de loisirs d’enfants sur le thème « copains du Monde», nos centres de vacances qui accueillent cette année des enfants du Sahara, de République tchèque par exemple, la bibliothèque médiathèque, la galerie d’art, les écoles artistiques, le cinéma municipal, le théâtre qui incluent plusieurs fois par an dans leur programmation des œuvres pacifistes, des artistes, des films ou des pièces d’autres pays.

Mais la Paix, la compréhension entre les peuples sont indissociables aussi d’action pour la coopération et le co-développement durable.

Vitry est engagée depuis 20 ans dans une région du Mali pour l’auto suffisance alimentaire, la formation, l’accès à l’eau, l’hygiène, la santé et dans cet élan impulsé par le Conseil municipal, de nombreuses ONG locales entretiennent des coopérations sur tous les continents avec le soutien financier de la Commune.

Les Vitriotes et les Vitriots participent nombreux à ces actions et sont très impliqués à nos côtés pour le respect mutuel, la compréhension et « le vivre ensemble ».

Notre Commune avec des habitants originaires sur trois générations, de 50 pays du monde de tous les continents est au cœur de la métropole parisienne déjà une « ville Monde ». Nul bien sûr n’oublie l’histoire de sa famille mais chacun s’efforce d’être pleinement vitriot. L’ouverture de la ville sur le monde est un élément fort de notre identité auxquels ils sont attachés.

Mais notre action serait incomplète si elle ne s’efforçait de peser en même temps par des lettres, des pétitions sur les dirigeants nationaux pour le désarmement. 

Il y a cinq ans à l’ouverture de la session de l’ONU sur le traité de non prolifération, la France pouvait se féliciter d’avoir nettement réduit son arsenal nucléaire, il n’en est pas de même aujourd’hui. Certes le nombre d’ogives de la France ne s’est pas accru mais le budget de l’armement à considérablement augmenté alors que l’Etat réduit dans tous les domaines ses budgets sociaux et les services publics. 

Pis encore, alors que nous nous félicitions que les USA et la RUSSIE signent un traité de réduction de leurs arsenaux respectifs, le Président de la République française a affirmé sa détermination à ne pas le faire, avec les mêmes arguments que ceux employés par les pays qui au mépris du traité de non prolifération viennent de se doter d’armes nucléaires ou veulent le faire au nom de leur droit à l’indépendance.

Cela accompagne une politique délibérée en France de méfiance vis à vis de « l’autre », de l’étranger. Une politique exacerbant les tensions. Cette politique est extrêmement dangereuse, dans le contexte de la globalisation, elle est porteuse de conflits potentiels.

La paix par l’équilibre de la terreur est un leurre. De fait plus un pays est menaçant, plus il est menacé et ses populations en danger. C’est un véritable défi lancé aux pacifistes français, qui sauront le relever.

La France se devrait de jouer un rôle plus positif dans la diminution des arsenaux nucléaires, elle n’en serait que plus crédible dans l’action pour la non prolifération.